Newsletter #1

La newsletter du MIS, initiée il y a 5 ans, adopte une nouvelle ligne éditoriale et une période de parution mensuelle. Elle évolue sous une forme mettant l’accent sur les activités scientifiques, les projets, les idées qui y sont développés, parfois à l’aide de partenaires, souvent à l’aide d’étudiants appartenant aux formations qui sont adossées au MIS.
Ce mois-ci, Richard Groult, informaticien de l’équipe SDMA nous fait le plaisir d’ouvrir ce nouveau cycle en nous présentant les « Pierres Musicales ». 

Les pierres musicales constituent un dispositif pédagogique interactif destiné à faire découvrir à tout public ce qu’est l'analyse musicale. Il s’agit de faire comprendre et décrire la musique par des notions comme les hauteurs et les rythmes ou bien encore les similarités de mélodies. Ces pierres utilisent l'écoute et la manipulation d'objets et ne nécessitent pas de connaissances musicales préalables. Le participant résout des jeux en plaçant des pierres qui représentent chacune un son ou groupe de sons. Ces pierres ont été développées, depuis 2014 grâce à une collaboration entre l’équipe SDMA du laboratoires MIS de l’Université de Picardie Jules Verne et le groupe de recherche en algorithmique musical Algomus, du laboratoire CRIStAL de l’Université de Lille 1. Elles ont été présentées à Amiens, lors d'événements de médiation scientifique, comme la Fête de la Science et les journées Connexions 2015 et 2016, ainsi que lors du dernier festival Safra'Numériques, en février 2017.

Ces pierres musicales sont posées sur un boitier de 35cmx35cmx7cm, surmonté d’un plexiglas ou d'un tissu, et restituent de la musique. Elles sont composées en résine, et contiennent chacune un tag RFID (Radio Frequency IDentification), qui leur permettent d’être reconnues de façon unique par le boitier. Après l'appui sur un bouton, les antennes RFID présentes dans le support sont interrogées par un lecteur connecté à un pcDuino (mini-ordinateur de 12,5cmx5,2cm). Le logiciel s'exécutant sur le pcDuino gère la communication entre le matériel et le logiciel, l'interaction du jeu ainsi que l'écoute des fichiers sonores pré-enregistrés.
Le jeu est ainsi constitué de pierres énoncées dont l'activation déclenche l'écoute de la consigne. D'autres pierres peuvent être écoutées et disposées dans certaines configurations afin d'arriver à une solution.
Des retours sonores indiquent un résultat positif ou négatif. Le jeu est composé de deux ateliers.
Le premier consiste à « reconstituer des mélodies » : "dictée" de quelques notes ou suite de fragments mélodiques comme "Sur le pont d'Avignon".
Après avoir écouté l'énoncé, le joueur doit placer les pierres dans le bon ordre. Le second atelier demande de « classer des fragments mélodiques » : par exemple, après avoir écouté les deux parties du thème de "Ah vous dirais-je maman", le joueur doit retrouver le modèle qui correspond à chacune des variations contenues dans les autres pierres. Chaque atelier a plusieurs niveaux de difficulté.
Nous souhaitons maintenant améliorer le matériel (meilleure détection des pierres, ajout de LEDs...), créer d'autres ateliers (sur la structure, la reconnaissance d'accords, ...) et approfondir notre réflexion sur les aspects pédagogiques. Nous avons souhaité que les pierres musicales soient un premier pas vers l'apprentissage de notions musicales plus complexes (consonances/dissonances, cadences, modulations, structures...) et nous chercherons donc à étendre les notions introduites par les pierres.

 Les pierres musicales ont été réalisées par Julien Debove, David Durand, Marion Giraud, Mathieu Giraud, Nicolas Guiomard-Kagan, Richard Groult, Ophélie Hérouart, Emmanuel Leguy, Florence Levé, Nathan Marécaux et Hervé Midaine, grâce au soutien des laboratoires MIS et CRIStAL, du programme Sciences et Cultures du Visuel de l’Université́ de Lille, d’un soutien Expériences Interactives du fonds régional Pictanovo et à des dons privés. Nous remercions l'entreprise Étoele/La Machinerie pour la réalisation des pierres, les étudiants de l’IUT d’Amiens pour la réalisation de pièces prototypes dans le FabLab de l’IUT, ainsi que la plateforme de l’IRCICA pour la gravure de circuits prototypes.

Thème: